20070326-11h39 Dépêche AP : Philippe Bas, nouveau ministre de la Santé

Document du lundi 26 mars 2007
Article mis à jour le 3 décembre 2007
par  frdm


070518, Mise à jour :
Entre sa nomination au poste de ministre de la Santé le 26 mars 2007, et la nomination le 18 mai 2007 de son successeur, Roselyne Bachelot-Narquin, Philippe Bas aura présenté au Conseil d’État un projet (non publié) de décret controversé d’exécution de l’« article 52 », dont l’examen au Conseil d’État aura été suspendu fin avril 2007 en toute fin de campagne électorale pour l’élection du président de la République.


lundi 26 mars 2007, 11h39

PARIS (AP) — Après avoir succédé à Dominique de Villepin au poste de secrétaire général de l’Élysée puis l’avoir suivi au gouvernement, le très discret Philippe Bas a été promu [ce jour] lundi ministre de la Santé et des solidarités, après le départ du gouvernement de Xavier Bertrand.

Ancien conseiller social de Jacques Chirac, M. Bas avait fait son entrée au gouvernement en juin 2005, au poste de ministre délégué à la Sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille. Jusque-là inconnu du grand public, ce haut fonctionnaire est un spécialiste des questions sociales, de sensibilité centriste.

Né le 20 juillet 1958 à Paris, il s’est formé à Sciences Po, puis à l’École nationale d’administration (promotion Louise Michel, 1984). Titulaire d’une licence de droit, il entame sa carrière au Conseil d’État, avant de rentrer en tant que conseiller technique au cabinet de Jean-Pierre Soisson, ministre du Travail, de 1988 à 1989.

Après trois années passées auprès du président sénégalais Abdou Diouf en tant que conseiller juridique, Philippe Bas travaille de 1994 à 1995 avec Simone Veil, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement d’Édouard Balladur. De 1995 à 1997, il occupe le poste de directeur de cabinet de Jacques Barrot, ministre du travail d’Alain Juppé.

Avec la cohabitation, il fait son entrée à l’Élysée en tant que conseiller social, poste qu’il occupera jusqu’en 2000. Il est alors nommé secrétaire général adjoint, aux côtés d’un certain Dominique de Villepin.

Il lui succédera au poste de secrétaire général quand ce dernier entre au gouvernement comme ministre des Affaires étrangères. À ce poste, Philippe Bas se montre aussi discret que Dominique de Villepin avait été flamboyant.

Au gouvernement depuis 2005, Philippe Bas a notamment défendu un projet de loi réformant la protection de l’enfance, destiné à mieux repérer les enfants en difficulté et à mieux les accompagner. Son « plan pour la petite enfance » prévoyait également la création d’ici 2011 de 40.000 places de crèche supplémentaires et le recrutement de 60.000 assistantes maternelles.

Le ministre délégué a aussi présenté en juin 2006 un plan de 2,3 milliards d’euros sur cinq ans pour lutter contre la dépendance et améliorer la prise en charge des personnes âgées. AP

co/mw




Publications

Derniers articles publiés

Sur le Web

23 novembre - 2016-11-23 (cm) Pour les lectrices et lecteurs de ce site internet • Appel à dons

6 novembre - 2016-10-26 (tem) Mme Yaël Frydman • Isolement et contention dans les hospitalisations sous contrainte

26 octobre - 2016-10-24 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • L'illégalité de l'isolement du patient justifie la levée de la mesure d'hospitalisation sans consentement

23 octobre - 2016-09-23 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Irrégularité en cascade des décisions de maintien en hospitalisation sans consentement basées sur une décision de départ irrégulière

23 octobre - 2016-10-10 (art-dp) Statistiques • Le nombre des personnes hospitalisées sans leur consentement en 2015 est en hausse (APM)

23 octobre - 2016-09-28 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Mainlevée de deux mesures de SDT au motif du défaut d'indication du prénom, du nom et de la qualité du signataire des décisions

11 octobre - 2016-10-06 (ajnn-parl-qp) Question écrite sur les honoraires des avocats dans les contrôles judiciaires de plein droit des hospitalisations sans consentement

11 octobre - 2016-10-06 (ajnn-parl-qp) Question écrite relative à l'aide juridictionnelle pour les personnes hospitalisées sans leur consentement

11 octobre - 2016-09-12 (jpj/tgi/jld) La réintégration d'un patient en fugue refait partir le délai de 12 jours du contrôle judiciaire obligatoire de l'hospitalisation sans consentement

11 octobre - 2016-08-26 (cn/cm) Différentes mainlevées d'hospitalisations sans consentement prises par la juridiction versaillaise entre le 15 février et le 26 août 2016

10 octobre - 2016-08-19 (jpj/tgi/jld) JLD de Versailles • Une voisine sans lien avec la personne hospitalisée n'est pas compétente pour être tiers demandeure

10 octobre - 2016-08-23 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Des troubles du comportement lors d'une verbalisation pour infraction au code de la route ne sont pas un motif suffisant pour une mesure de SPI

4 septembre - 2016-09-02 (cm) Communiqué • Le CRPA est agréé pour représenter les usagers en santé mentale en Île-de-France

4 septembre - 2016-09-04 (cm) Communiqué • Le CRPA est agréé pour représenter les usagers en santé mentale en Île-de-France

3 septembre - 2016-08-16 (cm) Un conseil aux personnes qui entendent se faire suivre en psychiatrie

2 septembre - 2016-09-01 (art-dp) Les directeurs d'hôpitaux psychiatriques veulent absolument des représentants d'usagers potiches dans leur territoire

28 août - 2016-07-01 (jpj/ca) La Cour d'appel de Versailles ordonne la mainlevée d'une SDRE pour insuffisance de caractérisation du danger imminent lors de l'admission

28 août - 2016-07-01 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Versailles donne mainlevée d'une mesure de SDTU • Les certificats médicaux de 24 h, de 72 h et de saisine du JLD, avaient été rédigés par le même psychiatre

28 août - 2016-06-28 (cn/cin) Indemnisation minimaliste d'une hospitalisation sans consentement de 19 jours par le tribunal de grande instance de Versailles

23 août - 2016-06-22 (jpj/cass) La Cour de cassation précise sa jurisprudence sur la computation des délais lors d'un appel d'un contrôle par le JLD d'une hospitalisation sans consentement