20071124 Éditorial de Roger Lécuyer, président FFPP, à la revue « Fédérer » : extrait, sur les relations entre organisations de psychologues quant à l’Ordre professionel et l’« Article 52 » — et réaction SNP

Document du samedi 24 novembre 2007
Article mis à jour le 29 octobre 2009
par  frdm



#Sommaire-  


20071124 — Extrait de l’éditorial de Roger Lécuyer, président de la FFPP, sur les relations entre les organisations de psychologues  

FFPP, Fédération française des psychologues et de psychologie, au numéro 31 (novembre 2007) du mensuel « Fédérer », éditorial en page de couverture : voir le document « pdf » diffusé par la FFPP,
http://ffpp.free.fr/federer/federer31.pdf
http://www.ffpp.net/modules/news/ar...

Extrait :

<< En septembre [2007], la FFPP et la SFP sont allées ensemble rencontrer deux conseillers de M. Bernard Accoyer pour demander la révision de l’article 52 de la loi sur la santé. (…)
Lorsque la FFPP est allée avec la SFP voir les conseillers de M. Accoyer, elle avait proposé au SNP de participer à cette délégation.
Le SNP a préféré y aller de son côté.
Peu de temps avant la réunion entre organisations du 29 septembre dernier au sujet du code de déontologie, le SNP a fait savoir par lettre adressée au seul président de la FFPP qu’il ne viendrait pas à cette réunion, et qu’il n’en discuterait dorénavant qu’avec les partisans d’un ordre des psychologues.
La FFPP et la SFP ont fait des efforts pour avoir une action commune avec le SNP et le SPEL sur l’article 52.
Le SNP a exigé que l’action inclue tous les partenaires qui avaient participé aux discussions au Ministère de la Santé, et donc le SIUEERPP et le « Réseau National des Psychologues » de madame Stirn.
C’était une bonne idée, que la SFP et la FFPP ont immédiatement acceptée.
Mais depuis, Gérard Guingouain, président de la SFP a envoyé à l’ensemble des partenaires un projet de lettre à la Ministre, et la réponse du SNP, du SIUEERPP, et de Mme Stirn a été de ne pas participer à cette action.
L’idée de discussions entre l’ensemble de ces partenaires sur le fond, et donc sur ce que devrait être l’article 52 dans une rédaction satisfaisante pour les organisations de psychologues a été retenue, mais aucune date n’a pu encore être arrêtée.
Il existe d’un côté une volonté très claire de certains d’obtenir la création d’un ordre des psychologues, alors que d’autres (plusieurs organisations associées à la SFP) ont pris position contre. La FFPP pour sa part souhaite que le débat soit le plus approfondi possible avant d’arrêter une position.
Faut-il faire un rapprochement entre cette bataille pour l’ordre et le frein mis à l’action commune ? >>


20071217 — Le SNP CONFIRME l’analyse de la FFPP à l’occasion d’un « droit de réponse » allégué  

Le SNP, Syndicat national des psychologues, demande en public (par article sur son propre site) un particulièrement creux « droit de réponse » allégué, ainsi libellé sur le site même du SNP : http://www.psychologues.org/modules...
<<
Le SNP communique : Samedi 15 décembre 2007
Posté par snp le 17/12/2007 17:00:00
Le Syndicat national des psychologues, plusieurs fois cité par Roger Lécuyer dans l’éditorial de Fédérer no 31, tient à faire les mises au point suivantes et en demande la publication dans Fédérer sous forme de droit de réponse :
* Le SNP est une organisation syndicale indépendante et représentative qui définit elle-même ses options pour la défense de la profession.
* Chaque fois que les positions définies par le SNP sont en accord avec celles des autres organisations de psychologues, le SNP privilégie les actions communes, et continuera à le faire. Il ne conclut aucune alliance de principe.
* Dire ce que fait ou ne fait pas le SNP, et le faire indépendamment du fond dénature le sens de l’information donnée aux lecteurs.
>>

Par une telle rédaction de « droit de réponse », le SNP ne fait que confirmer ce que la FFPP indiquait par la mention : « Peu de temps avant la réunion entre organisations du 29 septembre dernier au sujet du code de déontologie, le SNP a fait savoir par lettre adressée au seul président de la FFPP qu’il ne viendrait pas à cette réunion, et qu’il n’en discuterait dorénavant qu’avec les partisans d’un ordre des psychologues. ». En ne démentant pas cette information à l’occasion du « droit de réponse » qu’il a prétendu exercer, le SNP confirme, en premier lieu sur son propre site de l’Internet, tout ce que l’on pouvait désirer savoir.


Autres articles récents connexes  

— 20071000 FFPP revue « Fédérer » : Brigitte Guinot et Benoît Schneider, deux articles remarquables

— 20070623 FFPP Conseil d’administration fédéral, Compte rendu, sur la « réglementation » d’un Code des psychologues et la question d’un Ordre professionnel

— 20071121 - Comment le SPEL justifie l’Ordre professionnel des psychologues : par la « Santé publique »


N.B., Modalités juridiques des « droits de réponse »  

Voir 20071024 Droit de réponse sur l’Internet, Décret — et dans la presse écrite.




Publications

Derniers articles publiés