20080703 Le Point, Jacques-Alain Miller — « Polémique : mort aux psys ? »

Document du jeudi 3 juillet 2008
Article mis à jour le 5 août 2008
par  frdm

Voir le projet d’arrêté du 24 juin 2008, diffusé le 30 juin 2008 : 20080624 Projet d’arrêté subséquent au projet de décret d’application de l’article 52 — « Document de travail »
& classé à sa date in http://www.lta.frdm.fr/notes/


#Sommaire-  


Polémique : mort aux psys ?  

Publié le 03/07/2008 No1868 Le Point

« Polémique : mort aux psys ? »

C’est une bombe à retardement que les psychanalystes pensaient avoir désamorcée. Il y a cinq ans, la profession s’était élevée contre l’amendement, déposé par le député UMP Bernard Accoyer, qui voulait réglementer la psychothérapie. La loi sur le titre de psychothérapeute ne fut jamais appliquée, faute d’un décret. Mais le Conseil d’Etat devrait remettre en selle ce décret. L’arrêté qui doit suivre provoque la colère des psychanalystes. L’un des plus éminents prend la plume dans les colonnes du Point.

Jacques-Alain Miller

Le « psy » est devenu pour les Français un personnage familier. Non pas que l’on sache toujours précisément ce qui distingue le psychanalyste et le psychothérapeute, le psychiatre qui donne des médicaments et le psychologue qui n’en donne pas. Dans l’opinion publique, le psy, c’est d’abord quelqu’un qui vous écoute.

C’est quelqu’un à qui se confier, à qui se fier, devant qui on peut se livrer en toute liberté. Quelqu’un qui aide la souffrance (ou l’énigme) qui vous habite à s’exprimer et à se mettre en mots. Quelqu’un qui vous reçoit en tant que vous êtes un être à part, une exception, valant par elle-même, pas n’importe qui, pas un numéro, pas un exemplaire de votre classe d’âge ou de votre classe sociale. Dans un monde où chacun sent bien qu’il est désormais jetable, la rencontre avec le psy reste une clairière, une enclave intime, on peut même dire une oasis spirituelle.

Devant l’ampleur de ce phénomène de société, les grandes institutions et les grandes entreprises ont voulu avoir leurs psys. Mais le public ne s’y trompe pas ; il sait bien quand le psy sert d’abord les intérêts d’un maître et quand il est d’abord au service de celui qui lui parle.

Eh bien, ce monde est menacé de finir. Sachez que, dans les profondeurs de l’Etat, des officines obscures travaillent d’arrache-pied à la mise au point d’un prototype encore secret, destiné à mettre progressivement au rancart les psys d’antan : et le psy qui, au nom de son autonomie professionnelle, résiste à sa hiérarchie ; et le psy génial, ne devant sa clientèle qu’au bouche-à-oreille ; et le psy libéral, qui ne doit de comptes qu’à son analysant. Les psys à la poubelle ! Place au techno-psy !

Le techno-psy n’aura pas pour fonction d’accueillir chacun dans la singularité de son désir : quelle perte de temps ! quel mauvais ratio coût-profit ! et puis, guérir avec des mots, c’est de la sorcellerie ! Non, le techno-psy n’écoute pas, il compte, il étalonne, il compare. Il observe des comportements, il évalue des troubles, il repère des déficits. Autonomie zéro : il obéit à des protocoles, fait ce qu’on lui dit, recueille des données, les livre à des équipes de recherche. Les appareils de l’Etat sont là dès les premiers pas de sa formation, et il leur restera soumis au fil du temps par des évaluations périodiques. La vérité est que le techno-psy n’est pas un psy : c’est un agent de contrôle social total, lui-même sous surveillance constante. Je sais : on croirait de la science-fiction. Même Staline n’a pas osé ça. Encore plus fort que la Stasi : elle posait des micros, là on vous branche directement un technicien sur le cerveau. C’est pourtant ce à quoi tend très précisément le texte de l’arrêté qu’un conclave de fonctionnaires de la Santé et de l’Enseignement supérieur se vante dans Paris de faire signer par leurs ministres, dans la moiteur du mois d’août.

Ce beau projet repose sur un tour de passe-passe. Il ne suffit pas de programmer la mort du peuple psy : pour que rien n’en subsiste, il faut encore le dépouiller de son nom. Techno-psy, je te baptise… psychothérapeute ! Dès que le Conseil d’Etat aura adopté le décret d’application de la loi sur le titre de psychothérapeute, les masques tomberont : par simple arrêté ministériel, ce sera l’an I de l’ère du techno-psy.

On songe à Brecht : le gouvernement, mécontent du peuple, décide de le dissoudre et d’en élire un autre. Ou encore à Lewis Carroll : « La question, dit Alice, est de savoir si vous avez le pouvoir de faire que les mots signifient autre chose que ce qu’ils veulent dire. - La question, riposta Humpty Dumpty, est de savoir qui sera le maître… Un point, c’est tout. »

Le pire, pourtant, n’est pas sûr. Il m’étonnerait que Roselyne Bachelot, que Valérie Pécresse veuillent attacher leurs noms à cette infamie. Et puis, il y a aussi cette jeune femme qui a témoigné publiquement de ce qu’elle devait à la psychanalyse. Devenue la « reine de cœur » de ce pays, elle ne dira pas : « La psychanalyse ? Qu’on lui coupe la tête ! »


Polémique - Les psys ne désarment pas  

Publié le 24/07/2008 No1871 Le Point

« Polémique - Les psys ne désarment pas »
Christophe Labbé et Olivia Recasens

« Qui veut la peau de Sigmund Freud ? » Dans son numéro annuel, qui sort le 30 juillet, LNA, le magazine international lacanien (1), fustige un arrêté qui veut réguler la profession de psychothérapeute. A la suite du psychanalyste Jacques-Alain Miller, qui a ouvert le débat dans nos colonnes ( no 1868 ), une quinzaine de confrères s’érigent contre un texte qui instaure une formation « au rabais labélisée à la hâte par l’université ». Le « niveau de formation ridiculement bas au regard des responsabilités engagées rend caduc l’esprit de la loi qui est de protéger le public » contre les charlatans, écrit ainsi la Fédération française des psychologues. Le professeur Guy Briole, chef du service de psychiatrie à l’hôpital du Val-de-Grâce, s’étonne, lui, de lire au programme un « apprentissage des phénomènes d’influence et de manipulation d’autrui », alors même que le volet éthique de la formation se limite à une simple « sensibilisation ». La cause a aussi inspiré 17 stars du dessin…

1. Le Nouvel Ane , 9 euros.




Publications

Derniers articles publiés

Sur le Web

29 janvier - 2017-01-16 (jpj/tgi/jld) JLD de Versailles • Mainlevée d'une SDT au motif que le psychiatre certificateur des 72 heures était aussi certificateur de l'admission

29 janvier - 2017-01-19 (jpj/tgi/jld) JLD de Versailles • Mainlevée d'une mesure de SDTU au motif du défaut d'information de l'internée de ses droits et voies de recours

29 janvier - 2017-01-30 Appel à témoignages sur l'effectivité des contrôles judiciaires des hospitalisations sans consentement

22 janvier - 2017-01-03 Le JLD de Versailles donne mainlevée d'une SDRE pour laquelle il y avait désaccord entre le psychiatre hospitalier et le Préfet des Yvelines

19 janvier - 2016-11-21 (jpj/tgi) Indemnisation record pour une hospitalisation d'office arbitraire d'une durée de 17 ans

19 janvier - 2016-11-21 (jpj/tgi) Indemnisation record pour une hospitalisation d'office arbitraire d'une durée de 17 ans

18 janvier - 2017-01-18 (art-dp) Hospimedia • Des associations de patients saluent l'encadrement accru de la contention à défaut d'interdiction

18 janvier - 2017-01-18 (rvt) Radio Libertaire émission L'Entonnoir interviewe le CRPA sur les auditions de la mission d'évaluation de la loi du 27 septembre 2013

15 janvier - 2017-01-09 (art-dep) Hospimedia • L'absence de décision judiciaire dans les délais cause la moitié des mainlevées d'hospitalisation

10 janvier - 2017-01-10 (pner/gvt/aai) Observations du CRPA sur le projet de recommandation de la HAS sur l'isolement - contention

10 janvier - 2017-01-10 (pner/gvt/aai) Observations du CRPA sur le projet de recommandation de la HAS sur l'isolement - contention • Dépêche d'Hospimedia

8 janvier - 2017-01-04 (tjn-leg) Audition du CRPA par la mission parlementaire d'évaluation de la loi du 27 septembre 2013 • Témoignages sur un état de fait

1er janvier - 2016-12-15 (jpj/ca) Cour d'appel de Douai • Contrôle judiciaire des HSC : des frais de procédure peuvent être accordés à l'avocat commis d'office s'il se désiste de l'aide juridictionnelle

1er janvier - 2016-12-08 (jpj/ca) Cour d'appel de Reims • Le Préfet est seul recevable pour saisir le greffe du JLD en vue d'un contrôle judiciaire d'une mesure de SDRE

1er janvier - 2016-12-09 (jpj/tgi/jld) Pour le JLD de Rennes un parent analphabète et sous mesure de protection judiciaire n'est pas un tiers compétent pour une SDT

1er janvier - 2016-11-25 (art-dp) Hospimedia : à propos d'une journée des directeurs d'établissements psychiatriques sur les hospitalisations sans consentement

Décembre 2016 - 2016-12-31 (artj) Analyse mise à jour de la jurisprudence sur les soins psychiatriques sans consentement depuis la loi du 5 juillet 2011 • M. Jean-Marc Panfili

Décembre 2016 - 2016-12-31 (cm) Un bilan partiel du CRPA en cette fin d'année 2016

Décembre 2016 - 2016-12-25 (Artj) Plaquette d'information sur les droits des personnes hospitalisées sans leur consentement en psychiatrie

Décembre 2016 - 2016-11-23 (jpa/ca) Cour d'appel de Versailles • Un antécédent psychiatrique et le fait d'avoir arrêté son traitement ne sont pas des motifs, en eux-mêmes, pour une réhospitalisation sous contrainte