20080708 Note de Jacques-Alain Miller pour le cabinet de la ministre de la Santé, sur le projet d’arrêté « article 52 »

Document du mardi 8 juillet 2008
Article mis à jour le 10 août 2008
par  frdm

Voir le projet d’arrêté auquel la note ci-dessous est relative : 20080624 Projet d’arrêté subséquent au projet de décret d’application de l’article 52 — « Document de travail »


#Sommaire-  

(Dernière mise au point du commentaire : 20080809.)


JAM : Note au cabinet de Mme Bachelot sur le projet d’arrêté en date du 24 juin 2008  

Document original :
in LNA no9, « septembre 2008 », p. 23

Paris, le 8 juillet 2008

1— Création subreptice d’une nouvelle profession. Les « psychothérapeutes » prévus par ce texte devant être recrutés au niveau de la licence, les détenteurs de ce titre ne bénéficieront pas du statut de psychologue, acquis seulement au niveau Mastère II ; ils n’auront pas leur « autonomie professionnelle » ; et pourquoi aller jusque là si l’on peut obtenir le nouveau titre ?

2— Institution d’un monopole. Le cahier de charges prévu aura pour effet d’exclure de la formation des « psychothérapeutes » aussi bien les psychologues cliniciens que les psychanalystes, et les différents courants de la psychothérapie, au bénéfice exclusif des psychologues cognitivistes.

3— Captation illégitime. La psychologie cognitiviste n’ayant jamais prétendu jusqu’à présent former à des psychothérapies, mais des thérapies dites cogitivo-comportementales (TCC), le présent texte constitue une novation totale, débouchant sur la captation du titre de psychothérapeute par un courant de la psychologie dépourvu de légitimité en la matière.

4— Détournement de la psychanalyse. La prétention à former à la « psychothérapie d’inspiration psychanalytique » paraît particulièrement exorbitante dans un tel contexte.

5— Procédures biaisées. La prétention à faire habiliter et évaluer les formations par l’AERES, agence d’orientation cognitiviste créée par M. Jean-Marc Monteil, qui fut son premier président, renforce, si besoin était, le caractère de monopole plus haut signalé.

6— Incompétence des opérateurs. L’application de ce texte aurait pour effet de changer radicalement le sens reçu du terme « psychothérapeute », en délivrant ce titre à des opérateurs incompétents, formés au rabais, non à la relation unique au patient, mais à une vague connaissance de quelques techniques, et notamment dépourvus du « travail sur soi » caractéristique des différentes formes de psychothérapies existantes à ce jour.

7— Conception totalitaire. À la faveur de l’article 52 de la loi de santé et de son décret d’application, ce texte vise à capter le titre de psychothérapeute au bénéfice d’un courant de la psychologie contemporaine fortement représenté dans l’administration. Il relève d’une conception monopoliste, étatiste, et, en définitive, totalitaire.

Conclusion. Un texte de ce genre ne saurait avoir sa place dans une démocratie libérale. Un arrêté d’inspiration libérale reconnaîtrait la diversité historique des courants de la psychanalyse et de la psychothérapie, et donnerait la possibilité à chacun, dans un cadre commun loyalement déterminé par l’État, de créer des Instituts de formation répondant à son orientation, ouvrant ainsi à une saine compétition.


Commentaire comparatif avec le Communiqué de 10 associations de psychanalystes  

(Dernière mise au point du commentaire : 20080810.)

Il s’avère que le communiqué ultérieur à la Note ci-dessus, Communiqué de « 10 associations de psychanalystes » le 22 juillet 2008 (y compris l’Association lacanienne internationale - ALI de Charles Melman), voir :
20080722 Dix associations de psychanalystes, Communiqué de presse sur l’arrêté pour l’« article 52 »
va dans le même sens que la note de Jacques-Alain Miller, c’est-à-dire dans celui d’une mise en concurrence d’Instituts (ou : associations) de formation.

En effet, malgré la phrase « L’article 52 reconnaît cette particularité (de la formation des psychanalystes) avec l’inscription de droit applicable aux psychanalystes régulièrement enregistrés dans les annuaires de leurs associations »,
le communiqué des « 10 associations » ne décrit strictement rien qui soit propre aux psychanalystes et qui justifie leur mention spécifique dans l’article 52. Ce que ce communiqué décrit comme prétendument propre à la formation des psychanalystes peut tout aussi bien être dit de la formation à nombre de psychothérapies (la différence « associations sans but lucratif » et « instituts éventuellement lucratifs » ne pouvant à elle seule justifier la mention spécifique des psychanalystes dans l’article 52).

Le seul et approprié, légitime et déterminant motif justifiant la mention spécifique des psychanalystes dans l’article 52 est que l’on ne peut dire de la psychanalyse ni qu’elle est une psychothérapie, ni qu’elle n’en est pas une. Et ni que les psychanalystes sont des psychothérapeutes, ni qu’ils n’en sont pas. Les catégories psychanalyse-psychanalystes et psychothérapie(s)-psychothérapeutes ne s’incluent pas, ni ne s’excluent. “Même” la loi est capable de représenter cette situation, en prévoyant naturellement pour les psychanalystes l’usage — en ce que cet usage est facultatif — du titre de psychothérapeute.
Voir : http://www.lta.frdm.fr/notes
Mais ce n’est pas ce motif que fournit le communiqué des « 10 associations », pour la mention spécifique des psychanalystes dans l’article 52.

Par conséquent, par défaut d’indiquer un motif valable déterminant pour la mention spécifique des psychanalystes dans l’article 52, et en indiquant un ou des motifs portant à d’autres conclusions, l’on peut dire que les 10 associations de psychanalystes (dont l’ALI de Charles Melman), ont adopté un communiqué tendant à la reconnaissance des associations parmi les instituts-associations de formation dont il y aurait lieu d’assurer la mise en concurrence loyale dans des conditions communes, qu’évoque Jacques-Alain Miller dans sa note au cabinet de la ministre de la Santé.

L’on est là bien entendu dans une perspective dépassant la rédaction actuelle de l’article 52 et les blocages artificiels dans son application, puisque la mise en concurrence des associations et instituts, psychanalytiques ou non, à but lucratif ou non, dans un « cadre commun loyalement déterminé par l’État », n’est pas ce que prévoit l’article 52 dans sa rédaction actuelle, en ce qu’il présente mention spécifique des psychanalystes et de leurs associations, correctement pour la raison déterminante précitée. Mais les blocages divers et “malentendus” au sujet de l’article 52 pourraient bien finir par donner raison à Jacques-Alain Miller dans la proposition qu’il présente en conclusion de sa note reprise ci-dessus.

François-R. Dupond Muzart




Publications

Derniers articles publiés

Sur le Web

19 janvier - 2016-11-21 (jpj/tgi) Indemnisation record pour une hospitalisation d'office arbitraire d'une durée de 17 ans

18 janvier - 2017-01-18 (art-dp) Hospimedia • Des associations de patients saluent l'encadrement accru de la contention à défaut d'interdiction

18 janvier - 2017-01-18 (rvt) Radio Libertaire émission L'Entonnoir interviewe le CRPA sur les auditions de la mission d'évaluation de la loi du 27 septembre 2013

15 janvier - 2017-01-09 (art-dep) Hospimedia • L'absence de décision judiciaire dans les délais cause la moitié des mainlevées d'hospitalisation

10 janvier - 2017-01-10 (pner/gvt/aai) Observations du CRPA sur le projet de recommandation de la HAS sur l'isolement - contention

10 janvier - 2017-01-10 (pner/gvt/aai) Observations du CRPA sur le projet de recommandation de la HAS sur l'isolement - contention • Dépêche d'Hospimedia

8 janvier - 2017-01-04 (tjn-leg) Audition du CRPA par la mission parlementaire d'évaluation de la loi du 27 septembre 2013 • Témoignages sur un état de fait

1er janvier - 2016-12-15 (jpj/ca) Cour d'appel de Douai • Contrôle judiciaire des HSC : des frais de procédure peuvent être accordés à l'avocat commis d'office s'il se désiste de l'aide juridictionnelle

1er janvier - 2016-12-08 (jpj/ca) Cour d'appel de Reims • Le Préfet est seul recevable pour saisir le greffe du JLD en vue d'un contrôle judiciaire d'une mesure de SDRE

1er janvier - 2016-12-09 (jpj/tgi/jld) Pour le JLD de Rennes un parent analphabète et sous mesure de protection judiciaire n'est pas un tiers compétent pour une SDT

1er janvier - 2016-11-25 (art-dp) Hospimedia : à propos d'une journée des directeurs d'établissements psychiatriques sur les hospitalisations sans consentement

Décembre 2016 - 2016-12-31 (artj) Analyse mise à jour de la jurisprudence sur les soins psychiatriques sans consentement depuis la loi du 5 juillet 2011 • M. Jean-Marc Panfili

Décembre 2016 - 2016-12-31 (cm) Un bilan partiel du CRPA en cette fin d'année 2016

Décembre 2016 - 2016-12-25 (Artj) Plaquette d'information sur les droits des personnes hospitalisées sans leur consentement en psychiatrie

Décembre 2016 - 2016-11-23 (jpa/ca) Cour d'appel de Versailles • Un antécédent psychiatrique et le fait d'avoir arrêté son traitement ne sont pas des motifs, en eux-mêmes, pour une réhospitalisation sous contrainte

Décembre 2016 - 2016-10-17 (jpj/tgi) TGI de Paris, indemnisation • Les hôpitaux de St-Maurice ont gardé dans leurs murs un interné malgré une décision de mainlevée ordonnée par le JLD de Créteil

Décembre 2016 - 2016-10-21 (jpj/ca) Cour d'appel de Limoges • Mainlevée d'une mesure de SDT pour absence de publicité de la publication de la délégation de signature du directeur de l'établissement

Décembre 2016 - 2016-10-11 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Mainlevée d'une mesure de SDRE au motif que le certificat médical initial ne provenait pas d'un praticien extérieur à l'établissement d'accueil du patient

Décembre 2016 - 2016-12-09 À propos du coordinateur du CLSM de Montreuil, le dr Bernard Topuz

Novembre 2016 - 2016-11-23 (cm) Pour les lectrices et lecteurs de ce site internet • Appel à dons