20080715 LNA-9, Agnès Aflalo : « Le scientisme psycho-psychiatrique et ses victimes »

Document du mardi 15 juillet 2008
Article mis à jour le 13 novembre 2009
par  frdm


Cf. par ailleurs enregistrement d’Agnès Aflalo :
2009-09-10-France-Culture-A-plus-d-un-titre-Agnes-AFLALO-Assassinat-manque-psychanalyse-16kbps.mp3 : http://groups.google.com/group/psyc...
= http://tinyurl.com/ktejkj


Voir le projet d’arrêté auquel le communiqué ci-dessous est relatif : 20080624 Projet d’arrêté subséquent au projet de décret d’application de l’article 52 — « Document de travail »


Document original : http://lnaglobal.blogspot.com/2008/...

Le scientisme psycho-psychiatrique et ses victimes, par Agnès Aflalo

| LNA no9

(…) Il y a peu, le médecin tenait son prestige incontesté de la pratique de son art clinique, alors que le rôle des machines à capter le savoir de l’organisme était secondaire. Le rapport de force s’est inversé. Mais la machine fait mieux mourir qu’aucun médecin parce qu’elle produit toujours plus de victimes contaminées, infectées, irradiées, etc.
Certains médecins, nostalgiques, déplorent leur perte d’autorité. Parmi eux, des psychiatres à la recherche des fondements scientifiques introuvables de la psychiatrie. Sa renommée, la jeune discipline la devait à ses cliniciens, qui écoutaient leurs patients. L’invention de la psychanalyse a changé la donne, parce que le symptôme psy répond à qui lui parle. Lorsqu’il répond au maître, il devient plus opaque ; en revanche, il cède à la lumière de la psychanalyse. L’expérience le démontre, se faire responsable du symptôme psy relève d’une décision éthique.
Rejetant la clinique, mais avides d’autorité, des psychologues, et quelques psychiatres, ont misé sur le scientisme des TCC pour se parer indûment du label « science ». Craignant la liberté, et la responsabilité qu’elle implique, ils rêvent de découvrir des lois qui les asservissent comme des machines. Faute de les trouver, ils adressent des prières aux législateurs, comme si les lois de la République pouvaient commander celles de la science. Ce destin-là, ils le veulent pour tous : collègues psys insoumis à leur diktat, patients et citoyens. Réunis dans de savants cénacles et dans quelques universités, ces Diafoirus ont décidé que parler est un acte médical à légaliser sans délais.
Le scientisme n’est pas seulement une fausse science, il renforce les impasses de la civilisation contemporaine, car il rejette la singularité. Rejeté, le sens revient dans les extrémismes religieux et les dérives sectaires. Le retour de la jouissance opaque alimente les colloques sur la magie. Les manuels DSM de la psychiatrie font chaque jour plus de victimes. À force de purges et de saignées, la profession est sinistrée, les patients incompris, et le public inutilement en danger. La violence des agressions perpétrées par des patients déjà suivis par ces psychiatres éperdus de preuves crues scientifiques défraye partout la chronique. La singularité rejetée fait retour comme tristesse, chacun peut le percevoir. Elle va de plus en plus souvent jusqu’à la dépression, et le nombre de suicide augmente sans cesse. Rien n’y fait : les dites conférences de consensus déplorent les victimes, mais s’obstinent à chercher une loi inexistante. On refuse la cause singulière du vivant qu’est sa jouissance. Seuls les morts comptent. Alors, la croyance au microbe dans le cerveau du trépassé reprend du service, pendant que sévit la théorie génétique des dépressions et autres psychoses. Être homme ou femme repose sans doute sur des données génétiques, mais chacun doit pourtant les subjectiver. Et cette subjectivation est tout, sauf génétique.
La nouvelle profession de psychothérapeute inventée par le projet d’arrêté émane d’une volonté acharnée à réglementer la parole échangée entre deux personnes, afin d’imposer silence, par le moyen du pouvoir d’État, à ceux qui souffrent. Tant que le scientisme psycho-psychiatrique continuera ses méfaits, le nombre des victimes augmentera. Le moment est venu de reconnaître que le devoir à l’égard des victimes, c’est aussi la prévention. Elle passe par l’analyse du malaise dans la civilisation. Si les professions psy refusaient de livrer combat, elles connaîtraient la défaite et le déshonneur, et bien au-delà du strict exercice professionnel. Servir les victimes demande de s’apercevoir avec Baltasar Gracian qu’il faut renverser un monde de préjugés « où la vertu est persécutée, le vice applaudi, la vérité muette, et le mensonge trilingue ». La question est éthique.

Publié par Le Nouvel Ane, édition électronique à l’adresse :
http://lnaglobal.blogspot.com/2008/...




Publications

Derniers articles publiés

Sur le Web

23 novembre - 2016-11-23 (cm) Pour les lectrices et lecteurs de ce site internet • Appel à dons

6 novembre - 2016-10-26 (tem) Mme Yaël Frydman • Isolement et contention dans les hospitalisations sous contrainte

26 octobre - 2016-10-24 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • L'illégalité de l'isolement du patient justifie la levée de la mesure d'hospitalisation sans consentement

23 octobre - 2016-09-23 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Irrégularité en cascade des décisions de maintien en hospitalisation sans consentement basées sur une décision de départ irrégulière

23 octobre - 2016-10-10 (art-dp) Statistiques • Le nombre des personnes hospitalisées sans leur consentement en 2015 est en hausse (APM)

23 octobre - 2016-09-28 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Mainlevée de deux mesures de SDT au motif du défaut d'indication du prénom, du nom et de la qualité du signataire des décisions

11 octobre - 2016-10-06 (ajnn-parl-qp) Question écrite sur les honoraires des avocats dans les contrôles judiciaires de plein droit des hospitalisations sans consentement

11 octobre - 2016-10-06 (ajnn-parl-qp) Question écrite relative à l'aide juridictionnelle pour les personnes hospitalisées sans leur consentement

11 octobre - 2016-09-12 (jpj/tgi/jld) La réintégration d'un patient en fugue refait partir le délai de 12 jours du contrôle judiciaire obligatoire de l'hospitalisation sans consentement

11 octobre - 2016-08-26 (cn/cm) Différentes mainlevées d'hospitalisations sans consentement prises par la juridiction versaillaise entre le 15 février et le 26 août 2016

10 octobre - 2016-08-19 (jpj/tgi/jld) JLD de Versailles • Une voisine sans lien avec la personne hospitalisée n'est pas compétente pour être tiers demandeure

10 octobre - 2016-08-23 (jpj/ca) Cour d'appel de Versailles • Des troubles du comportement lors d'une verbalisation pour infraction au code de la route ne sont pas un motif suffisant pour une mesure de SPI

4 septembre - 2016-09-02 (cm) Communiqué • Le CRPA est agréé pour représenter les usagers en santé mentale en Île-de-France

4 septembre - 2016-09-04 (cm) Communiqué • Le CRPA est agréé pour représenter les usagers en santé mentale en Île-de-France

3 septembre - 2016-08-16 (cm) Un conseil aux personnes qui entendent se faire suivre en psychiatrie

2 septembre - 2016-09-01 (art-dp) Les directeurs d'hôpitaux psychiatriques veulent absolument des représentants d'usagers potiches dans leur territoire

28 août - 2016-07-01 (jpj/ca) La Cour d'appel de Versailles ordonne la mainlevée d'une SDRE pour insuffisance de caractérisation du danger imminent lors de l'admission

28 août - 2016-07-01 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Versailles donne mainlevée d'une mesure de SDTU • Les certificats médicaux de 24 h, de 72 h et de saisine du JLD, avaient été rédigés par le même psychiatre

28 août - 2016-06-28 (cn/cin) Indemnisation minimaliste d'une hospitalisation sans consentement de 19 jours par le tribunal de grande instance de Versailles

23 août - 2016-06-22 (jpj/cass) La Cour de cassation précise sa jurisprudence sur la computation des délais lors d'un appel d'un contrôle par le JLD d'une hospitalisation sans consentement