20100129 Un psychologue évalué : Témoignage de Denis Rebière diffusé par InterCoPsychos

Document du vendredi 29 janvier 2010
Article mis à jour le 30 janvier 2010
par  frdm

Date : 2010/1/29
Subject : [InterCoPsychos] Instantanés No296 – vendredi 29 janvier 2010
To : collectifs-psychos yahoogroupes.fr

Instantanés de l’InterCoPsychos – No296

Vendredi 29 janvier 2010

Denis Rebière a été évalué, il en témoigne dans le texte ci-dessous. En quoi consiste l’évaluation ? Notre collègue parle 5 minutes au cours d’une réunion, et dans le rapport d’évaluation du service la « consultante » qui avait organisé cette réunion en conclut qu’il a un problème relationnel avec les patients ! Ce document est diffusé sans aucune relecture par les participants en interne et auprès des partenaires extérieurs.

À lire la réponse de Denis Rebière et ce qu’il en est advenu…

Dans le compte-rendu de cette évaluation on voit à la fois le caractère expéditif du procédé évaluatif, sa vanité et son inanité et les ravages qu’il opère.

Nombreux sont les psychologues qui subissent ce procédé infâme, occasion leur est donné le 7 février de s’opposer, avec d’autres, à l’évaluation en participant au Forum des psys « Évaluer tue ». Pour suivre l’actualité de la préparation du Forum consultez le blog : http://forumpsy.wordpress.com – Vous pouvez vous abonner à la mise à jour du blog.

Jean-François Cottes


J’ai été évalué
Par Denis Rebière
Du collectif de Limoges

J’ai été évalué et je voudrais témoigner de cette expérience affligeante.

Je travaille dans un service de pédiatrie, et j’interviens de façon très réduite dans une structure de soins, appelée centre de ressources et de compétences (CRC…). Mon rôle est de rencontrer certaines familles pour repérer des difficultés psychiques, favoriser une demande et effectuer certains suivis. La demande pour ces patients atteints de maladie chronique n’est pas très explicite, bien qu’il y ait, à n’en pas douter, une réelle souffrance psychique.

Début octobre 2008, je suis invité à une réunion, que j’avais négligée, voir oubliée. Je ne l’avais pas du tout préparée, « mea culpa ». Je suis resté prés de deux heures aux cotés de collègues qui parlaient de ce qu’ils faisaient, de leur place de soignants et de leur place de médecins. C’est une réunion pilotée par OMEGA (société d’audit, dont je ne peux pas révéler le vrai nom, les lettres qui composent le nom de cette société me sont totalement inconnues et ceci malgré les recherches effectuées après l’évaluation). Voici les coordonnées succinctes de cette agence.

Madame X
Consultante
Business Unit Santé / Healthcare Business Unit
OMEGA
OMEGA - Köln, Lausanne, Lyon, Madrid, Paris, Toulouse

Pendant l’évaluation en groupe de l’équipe, mon tour est arrivé, j’ai parlé 5 minutes, de ce que je pouvais faire au quotidien. J’ai souligné le peu de temps qui m’était octroyé et le peu de demandes explicites des patients et des familles. Dans l’action que j’essaye de conduire auprès des familles, je propose avec l’infirmière coordinatrice d’animer, entre autre, des groupes de paroles à thème. Nous sommes un des premiers CRC… à avoir fait ce type d’expériences avec le CRC… de B* (une ville proche). Je dis également mon souci de travailler en réseau et de solliciter certains collègues de la région. Je conclus, agacé par une telle démarche, ne sachant même pas à qui j’ai eu à faire, si ce n’est une consultante en charge d’évaluer le CRC…

Le temps passe, je ne pensais plus à cette réunion bizarre et alors que je me préoccupais plutôt des consultations de nos jeunes malades pour qui l’avenir est très incertain, il m’est arrivé par e-mail le compte rendu d’OMEGA via le médecin responsable du Centre de Ressource. Quelle ne fut pas ma surprise !

Je cite dans le texte du compte rendu.

« Problème relationnel entre le psychologue et les patients et familles. »

Ma colère a été fulgurante, j’ai été voir le médecin responsable du CRC…, en lui demandant si elle avait lu le compte rendu. Elle me répond « oui » dans les grandes lignes et je vois qu’elle a diffusé le CR à tous les intervenants ayant participé à l’audit.

Voici les correspondants que je ne nomme pas !

Dr A médecin responsable du CRC…
Dr B, pneumo-pédiatre
Dr C, médecin pneumologue adulte
Mme D, infirmière coordinatrice
Mlle E, kinésithérapeute référent
Mlle F, diététicienne
Monsieur G, psychologue
M. H, direction qualité et représentant de la direction de l’hôpital
Dr I, médecin EFR
Dr J, médecin en bactériologie
Dr K, généticien clinicien
Réseau ville-hôpital :
Mme L, kinésithérapeute libéral
Mme M, infirmière libérale
Mme N, infirmière libérale
Dr O, médecin à ALAIR AVD
Mme P, diététicienne à ALAIR AVD
M. Q, infirmier à ALAIR AVD

Je me sens atteint dans mon intégrité professionnelle et je propose une reformulation de l’évaluation je vous livre ici la lettre que j’ai écrite.

Chère X, chers collègues, Mesdames, Messieurs,
Je viens de lire le compte rendu d’OMEGA, (je ne sais pas ce que signifient ces lettres) ; ce sont des évaluateurs chargés d’évaluer le Centre de Références et de Compétences de la Mucoviscidose (CRC…).
Je cite dans le texte du compte rendu d’OMEGA :
« Problème relationnel entre le psychologue et les patients et familles ».
Je ne peux pas laisser dire que j’ai un problème relationnel avec les familles, ce n’est pas du tout ça !
Je propose « peu de demandes sont exprimées explicitement, la demande est souvent implicite et je participe à la faire émerger ».
L’émergence de la demande se fait dans un cadre non formel, peu évaluable sur le plan quantitatif, dans les couloirs, dans les chambres, etc. dans les multiples rencontres, c’est à ce moment là que nous incarnons de façon vivante notre fonction.
Il y a un cadre formel, c’est celui des consultations, avec rendez vous réguliers, dans un bureau servant à cet usage.
Il est nécessaire pour recevoir les patients d’avoir leur consentement, il n’est pas là d’emblée, et non pas, considérer que les patients et leur famille ont besoin d’une aide psychologique généralisée. Le consentement est pour moi une nécessité éthique et une exigence légale. Considérer autrement les choses, c’est méconnaître cette fonction du psychologue et la souffrance humaine en jeu. Je reçois quelques parents et quelques enfants dans le cadre du CRCM et je n’ai à ce jour pas eu de conflits majeurs et quand bien même il y en aurait. N’est-ce pas non plus notre rôle d’accueillir certaines colères ?
Je ne peux pas laisser dire ça, Je le ressens comme une atteinte à mon intégrité professionnelle !
Je voudrais connaître les détails de l’enquête. Je vais faire également connaître le correctif apporté et le mécontentement que j’ai à l’égard de la personne chargée de cette évaluation.
Bien cordialement,
Denis Rebière

Cette lettre m’a valu les remontrances du chef de service, estimant qu’il était inadmissible de renvoyer un courrier à tous les correspondants. Finalement, le responsable du CRC… a obtenu une modification écrite par la consultante ; je vous la livre.

Bonjour,
Voici une nouvelle version du compte-rendu de la journée du 06 octobre, qui tient compte des différentes remarques.
Concernant « les détails de l’enquête », ce compte-rendu n’est pas destiné à être envoyé à la DHOS. Notre prochain compte rendu à la DHOS sera fait le 6 novembre, sur la base d’un document ppt sur lequel nous sommes en train de travailler, à partir des X visites de CRCM réalisées et des 49 guides d’autoévaluation réceptionnés.
Le rapport final de ce projet sera communiqué à la DHOS mi-décembre, rapport à partir duquel la DHOS prendra (ou non) des décisions. Le travail de communication des résultats de cette étude relève de la DHOS (communication que nous encourageons).
La modification porte sur « problème relationnel », la consultante propose de mettre à la place « problème de communication ».

Je me suis demandé si elle se moquait du monde, d’autant que je participe au bon fonctionnement de ce centre. J’ai saisi le syndicat pour connaître la démarche à suivre.
J’ai eu une altercation avec le médecin responsable du centre qui reconnaît que la formulation est identique à la première mais qu’il n’y a rien à faire !


Instantanés de l’InterCoPsychos, diffuse notamment des textes de participants des collectifs.
On s’inscrit à la liste de diffusion en envoyant un message à l’adresse : collectifs-psychos yahoogroupes.fr – en indiquant dans ce message ses nom, prénom, fonctions, ville, département, et, éventuellement, le Collectif auquel on participe.
Les Archives de la Liste de diffusion de l’InterCoPsychos sont accessibles aux inscrits, à l’adresse : http://fr.groups.yahoo.com/group/co... – Cliquer sur : Voir tous les messages. On peut y consulter les messages précédemment diffusés : Psychologues concernés, Instantanés, Communiqués.


Message InterCoPsychos reproduit avec l’autorisation de Jean-François Cottes




Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

  • 20100129 Un psychologue évalué : Témoignage de Denis Rebière diffusé par InterCoPsychos